Le brainworking

Le brainworking donne l’opportunité d’investir des processus de réflexion, de coopération et de valorisation en se centrant sur le cheminement qui se fait d’une idée qui prend forme et devient, en se précisant, un élément essentiel dans la mise en acte d’un programme – de vie, de travail, de formation, de santé, de vente.

Ce cheminement est narratif : il passe par des discussions, des équipes de travail, des exposés, etc. et cela nécessite d’investir du temps pour en assurer la qualité.

Quels sont les processus relevant du brainworking ? Partant d’une opportunité que l’on repère, d’une aspiration, d’une nécessité pratique ou d’une inquiétude, un projet se dessine, puis nous invite à chercher, à faire, à écrire. Puis, il devient nécessaire de réunir les conditions pour préciser la direction, formaliser des documents, rencontrer des interlocuteurs, établir, proposer, ajuster, réussir.

L’institut intervient à chacune de ces étapes, entre autres pour travailler la façon dont des idées s’énoncent et demandent à se préciser, pour aider à ce qu’un projet s’ébauche et gagne du style, pour discuter des conditions de mise en acte d’un programme en fonction d’objectifs spécifiques. Cela va du projet individuel au projet associatif.

Le brainworking est une réalité propre à chacun, elle peut être valorisée dans le contexte de l’Institut :

a) en travaillant sur des thèmes de société, comme lors de productions éditoriales portant sur l’hospitalité, la santé ou l’écriture (voir le menu Productions) et auxquelles on est associé en tant que transcripteur, rédacteur ou éditeur

b) en élaborant son propre projet associatif, culturel, professionnel ou entrepreneurial

c) en effectuant des mesures en faveur de l’emploi dans le cadre des assurances sociales

d) en suivant des cours dispensés dans le cadre de l’Institut

e) en collaborant à la gestion administrative et au développement des activités de l’Institut.